Temps de travail des fonctionnaires : résistance des syndicats

Un groupe de travail du Conseil commun de la fonction publique a examiné le 23 mars 2017 deux projets de circulaires sur le temps de travail et la prévention des absences dans la fonction publique.

Les projets procédant à une régression, la CFTC comme la plupart des organisations syndicales de fonctionnaires ont rejeté ces textes.

Le groupe de travail du CCFP, présidé par le chef de cabinet de la ministre de la Fonction publique, M. Romaneix, a rapidement capoté le 23 mars. Les organisations syndicales se sont en effet opposées (à part la CFDT) à la publication de ces circulaires.   

« La CFTC comme l’essentiel des organisations syndicales a demandé le retrait de ces deux textes en expliquant que le contexte actuel était délétère... Et que si ces deux textes étaient publiés, ils ne feraient que continuer à alimenter le fonctionnaires-bashing omniprésent dans cette campagne présidentielle sur la question du temps de travail des fonctionnaires », soulignait Denis Lefebvre, le représentant CFTC.

Le système de contrôle des arrêts maladie et les autorisations d’absences (AA) qui ne seraient plus considérées comme du temps de travail effectif ont fait vivement réagir les représentants syndicaux.

Certains syndicats ont quitté la salle lorsque le directeur de cabinet a annoncé que les deux textes ne seraient pas retirés et publiés sous « l’entière responsabilité » de la ministre.

Pour défendre pleinement les agents de la fonction publique, la CFTC a poursuivi les échanges lors de cette réunion en dénonçant l’absence de négociation dans ce dossier.

Elle a aussi rappelé que les agents publics font leur travail et remplissent leurs missions consciencieusement.

Ferme, la CFTC demande le retrait de ces textes et l'engagement de véritables négociations sur le sujet.

          Identifiant / mot de passe perdu ?   S'inscrire