×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

Santé : « Ce n’est pas la concurrence que nous refusons mais la distorsion de concurrence ! »

Moreau MNTLe président de la Mutuelle nationale territoriale (MNT), Jean-Pierre Moreau, déplore la faible participation sociale des employeurs territoriaux.

LA VOIX : Comment évaluez-vous aujourd’hui la participation des employeurs territoriaux à la protection sociale de leurs agents ?
Jean-Pierre Moreau : La participation des employeurs ? Elle est quasiment inexistante. Imaginez qu’elle ne représente que 57 millions d’euros pour 1,7 million d’agents ! C’est de la charité… En comparaison, les allègements de l’État à la protection sociale des personnels du privé est de 35 milliards d’euros. C’est 70 fois plus.

 

LA VOIX : Mais très peu de collectivités participent effectivement !
JPM. : C’est exact, ce sont principalement les grandes collectivités, 12 % de l’ensemble. Il faut espérer que le prochain décret, qui va définir les règles de participation, va être un déclencheur. Maintenant, je crains aussi que l’état de santé financier des collectivités ne permette pas d’aller bien loin.

Cela d’autant que le régime complémentaire de santé (les mutuelles et assurances complémentaires) doit se substituer de plus en plus au régime obligatoire de Sécurité sociale. Et les inégalités tendent à s’accroître.

LA VOIX : Demain, les collectivités pourront participer selon deux options : la labellisation et la convention de participation. Laquelle vous semble la plus favorable aux agents ?
JPM. : La labellisation permettra aux agents d’adhérer directement à des opérateurs (mutuelles ou assurances) dont les contrats répondront à un certain nombre de règles. Cela me semble performant pour la couverture santé, car les agents auront le choix.

En revanche, la convention de participation, qui se fera avec un opérateur après la mise en concurrence sur appels d’offres, représente une meilleure garantie sur la prévoyance (maintien de salaire…). Car c’est un risque lourd.

Aujourd’hui, il faut 100 personnes qui cotisent pour supporter la durée d’invalidité d’un agent. Or, la durée moyenne d’invalidité tend à s’allonger vers les huit ans ! Avec l’allongement de l’activité, les situations d’invalidité risquent également de se multiplier… C’est pourquoi la contractualisation avec un prestataire pour une couverture collective me semble tout indiqué.


LA VOIX : Pourtant des clauses de solidarité ont été incluses dans ces options de participation…
JPM. : L’État a limité l’aide des employeurs territoriaux à un système de solidarité entre actifs et retraités. On dit aux retraités : « Vous pouvez adhérer à ce contrat ! » Mais les contrats ne sont pas connus. Qui va en faire la publicité ? Les assurances ne vont pas démarcher les retraités que l’on laissera implicitement aux opérateurs historiques, comme la MNT. C’est pourquoi nous réclamons la création d’une caisse de compensation.

LA VOIX : Vous redoutez la concurrence ?
JPM. : Ce n’est pas la concurrence que nous refusons. Mais la distorsion de concurrence ! C’est pourquoi il faut introduire des régulateurs.

LA VOIX : C’est pour cela que vous multipliez les regroupements mutualistes, comme Istya ?
JPM. : Uniter, créée en 2007, nous a permis de rassembler les mutuelles territoriales pour défendre la profession et être représentés dans les instances de dialogue.

En revanche, la création d’Istya en mai dernier avec la MGEN, MNH, MGET, MAEE vise plutôt à renforcer l’influence des mutuelles publiques à l’heure où les services publics sont fortement attaqués. Il était de notre devoir de réunir toutes les énergies, au moins celles des principales mutuelles, pour mener une réflexion commune.

Sa vocation est de défendre le système de santé à la Française avec un régime obligatoire de santé et des mutuelles complémentaires, humanistes et solidaires. Et, Istya va bientôt rassembler 70 % de la fonction publique avec la mutuelle civile de la Défense qui nous rejoint. |

Interview parue dans le numéro de La Voix de juin 2011

          Identifiant / mot de passe perdu ?   S'inscrire